MADAGASCAR : descente de la Tsirinbihina en pirogue 3

Publié le par Géraldine


Troisième jour de descente en pirogue. Ce matin là, ce sont les cris des perroquets qui nous ont réveillées. Le rêve non ?! Comme la sonnerie stridente et électronique du réveil matin est loin !








Petit déjeuner sur la plage déserte, il est 6 heure du mat'. Mais peu importe, durant notre descente, nous n'avons vu aucun occidental à des kilomètres à la ronde. C'est ce que l'on appelle "immersion totale" !



Nous glissons toujours sur l'eau en silence et traversons des gorges au son des perroquets que nous tentons d'apercevoir dans les arbres. C'était vraiment un moment magique !





Nous sommes toujours seuls au monde. Qui s'en plaindrait ? Pas nous en tout cas.
Puis la vie locale s'anime...




Et les villageois riverains vaquent à leurs occupations, quelque soit leur âge.







Il rame, je rame, nous ramons... Tout le monde rame !




Les paysages nous surprennent à chaque courbe du fleuve. Tant de beauté, des couleurs inédites, une telle impression de fond du monde...

 



Sur les rives, des jacinthes d'eau ajoutent du mauve, du violet et du vert bien vif, qui tranchent avec les eaux du fleuve.





Tant de beautés ne doit pas faire oublier que le danger n'est pas loin... A l'abri sous la roche, un croco de quelques mètres de long. Vous comprendrez bien que nous ne nous soyons pas approchés plus pour la photo !

Bon Ok, j'avoue, on y voit pas grand chose !
Mais je vous jure qu'il est là.
Peu importe ! La photo suivante pourrait peut-être à elle seule résumer cette descente du fleuve en pirogue, riche en rencontres, en émotion... D'ailleurs, l'article suivant portera sur la visite d'un village riverain.
Le peuple malgache, ses sourires, ses rires, ses enfants, ses regards...


Publié dans ... à Madagascar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article